Arrestation du « vaulter bandit » : un Français de Miami !

Arrestation du « vaulter bandit » : un Français de Miami !

La brigade de répression du banditisme de Genève (Suisse) n’en croit toujours pas ses yeux, elle a réussi à mettre la main sur un dénommé Jeffrey James Shulman âgé de 53 ans, recherché par un mandat d’arrêt international. Or il s’agirait du fameux « vaulter bandit », un homme détenant les nationalités française et américaine, connu pour être le braqueur le plus recherché du Canada. Selon les premières informations, il était de passage en Suisse, mais demeurait en France.

« Vaulter bandit » signifie : « le bandit sauteur à la perche », surnom donné par la police car le bandit (dont l’identité est incertaine tant qu’il n’a pas avoué ou qu’il n’a pas été condamné) sautait comme un cabri par dessus les comptoirs des banques (voir la vidéo). Incertain, oui, mais ce qui l’est moins, c’est qu’un français dénommé Jeffrey James Shulman, du même âge, avait été condamné à Miami il y a 20 ans après avoir plaidé coupable de 14 braquages de banque en Floride et dans le Tennessee. A l’époque il était connu sous le surnom du « Reebok Bandit » (à cause de la marque de ses chaussures) (mais tout le monde à le droit de changer !).

L’homme était cette fois recherché pour 22 braquages commis entre 2010 et 2015 au Canada dans les régions de Peel, Hamilton, Ottawa et Calgary. Son dernier braquage le 8 mai dernier s’était déroulé de la même manière, assez nonchalante, et il avait même lancé un « joyeuse fête des mères » aux employés. Suite à ces faits, l’Association des banquiers canadiens avait augmenté à 70 000US$ la prime pour sa capture.

La police et les journaux canadiens se sont réjouis de cette capture. Si le suspect avait été capturé en France, en détenant la nationalité française, il aurait pu s’opposer à son extradition.

 

 



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !